Rechercher
  • Isabelle Desmazures

Pourquoi démarrer par la conclusion ?

Si vous débutez à l’oral, le premier réflexe que vous aurez sera de créer un plan comme vous l’avez appris à l’école. Celui qui vous a servi pour écrire vos rédactions, vos dissertations : thèse, antithèse et synthèse. Le plan en 3 parties. Oubliez-le ! Il ne fonctionne pas à l’oral.


De même que le plan chronologique qui présente l’avant et l’après ne convient pas non plus ! Démarrez votre speech par un long historique avant d’en venir aux faits lassera votre public.


Aujourd’hui plus qu’hier, le public est habitué à zapper rapidement ! Le smartphone vibrant au moindre message est un concurrent qu’il ne faut pas négliger !


D’autant qu’un manque d’attention de la part de votre public est ennuyeux, il ne pourra pas reprendre le fil aussi facilement qu’à l’écrit.


Par conséquent, dès le départ, il devient essentiel d’aller à l’essentiel avec un message essentiel !


Vous devez démarrer par votre message principal pour attiser la curiosité. La conclusion de l’écrit devient l’introduction à l’oral.


De cette manière, si un auditeur décroche quelques secondes, il aura saisi le message que vous lui aurez communiqué au tout début de votre prise de parole et pourra rependre là où il s’est envolé dans ses pensées.


Autre mérite de partager clairement votre message principal en introduction est d’empêcher vos interlocuteurs de plonger dans leur discours interne : « Mais où veut-il en venir ? ». «Pourquoi nous raconte-t-il cela ?». Autant de questions qui les déconcentrent.


En revanche, si tout est clair dès le début, vous aurez de grandes chances de mobiliser votre public. Il cessera d’être dans le questionnement voire la défensive.


Il aura envie de découvrir ce que vous avez à lui dire pour justifier votre message. Il pourra alors mieux comprendre vos arguments et les classer au fur et à mesure dans son esprit.


Comment déterminer quelles seront les informations essentielles de votre message clé ?

Ce qui est essentiel, c’est ce que votre public ne sait pas encore et que votre discours va lui apprendre.


Prenons un exemple : Laura est chef de projet dans les transports en commun. Sa prise de parole porte sur la subvention de l’un des projets en éco-mobilité, sélectionné parmi les 4 projets proposés.


Elle s’adresse à un public d’élus, d’industriels, d’opérateurs de transports, fédérations, etc.


Elle commence méthodiquement à décrire les critères de sélection, donne des détails sur les expérimentations en sites réels, les études de terrain, les contraintes, etc.


15 minutes après, elle s’aperçoit qu’il règne un brouhaha, certains s’impatientent, d’autres surfent sur leur portable… Son public a décroché ! Elle vit un grand moment de solitude… 😨


Si Laura avait démarré son discours différemment, elle aurait attisé la curiosité :


« Mesdames, messieurs, je suis heureuse de vous annoncer que c’est le projet EcoPlus qui a été sélectionné ! Les travaux démarreront le 30 septembre 2022 sur la ligne qui rejoint Marseille à Cassis. Voici maintenant les raisons qui ont conduit ce choix et comment nous allons procéder…»


👉 En livrant votre conclusion en introduction, vous donnerez envie à votre public de faire un bout chemin avec vous.


Il saura là où vous voulez l’emmener, mais ignorera comment vous allez l’emmener. Curieux, il sera prêt à écouter votre histoire !


Dégagez l’essentiel de l’info avec le : Qui ? Quoi ?Quand ? Où ? Pourquoi ? Comment ? pour les présentations de projet.


Notre cerveau, si bien fait soit-il, ne peut mémoriser plusieurs idées en si peu de temps ! Même si vous avez 45 minutes de présentation. Un message phare vaut mieux que plusieurs si vous voulez que l’on retienne vos propos.


Pour vous aider au début à dégager les informations essentielles, je vous propose de répondre aux questions suivantes : Qui – Quoi – Quant – Où.


Les informations sur Pourquoi et le Comment pourront venir ultérieurement dans la suite de votre discours.


Cette méthode est bien connue des journalistes et des agences de presse pour regrouper toutes les informations utiles à la compréhension d’un fait, d’un message.



Démarrez par le bénéfice client pour les présentations de produit ou de service !

Vous pourriez formuler une question en introduction qui pose la problématique client :


  • « Savez-vous que … ? »

  • «80% de la population mondiale, la première peur est celle de parler en public Savez-vous pourquoi ? »

  • Ou fournir un chiffre, montrer une image...

L’essentiel est d’éveiller l’intérêt dès le départ.


Attention toutefois de trouver une accroche courte, efficace, imagée et concrète sans vous éloigner du message essentiel.


N'y passez pas des heures ! Votre accroche peut ne pas s’imposer d’emblée. En avançant dans l’élaboration de votre plan, voire même à la fin, vous pourrez la trouver plus facilement.


Puis vous enchaînerez par votre promesse, votre bénéfice client. Votre introduction ainsi faite plongera votre public dans votre univers et il sera plus attentif. Il sera à l’écoute et il voudra savoir comment vous réglez leur problème ou comment vous répondrez à leurs attentes.


Vous l’aurez compris, à l’oral l’introduction est très importante, car c’est elle qui donnera l’envie de vous écouter, d’être suspendu à vos lèvres.

Trouvez un titre percutant (message principal). Plus il est court mieux c’est ! Il doit être facile à retenir et à visualiser.


Une fois votre public attentif, vous aurez tout le temps pour répondre à la question que tout le monde se pose : « Où est mon intérêt ? »


Si vous voulez en savoir plus sur les introductions percutantes, je vous suggère de revoir sur YouTube les interventions de Steeve Job, c’est un délice !


N’hésitez pas à me solliciter si vous avez besoin d’un éclairage sur cet article ou d'échanger sur le sujet…

A très bientôt !